Fêter la Victoire 1998

Fêter la Victoire 1998 vingt ans plus tard… pour ceux qui n’en ont rien à « foot ». Une affaire d’anniversaires à rebondissements multiples, à découvrir de toute urgence. Victoire 98 : Hasard ou coïncidence ?

La Victoire s’appelle 5ème Victoire de la Musique Classique. Elle nous a été décernée pour l’enregistrement du Roi David d’Arthur Honegger avec Jacques Martin en récitant, le tout dirigé par Michel Piquemal. C’est avec des solistes – qui fêtent tous de près ou de loin l’année 1998 dans leur carrière – qu’elle sera célébrée, vingt ans plus tard, ce 29 juin 2018 à Chaville. Un « retour vers le futur » que nous avons mené pour vous.

En effet, nous partagerons la Victoire avec Delphine Haidan, mezzo-soprano qui a croisé notre route sur le plateau de France Télévisions en ce mois de février 1998, elle aussi nommée aux mêmes 5èmes Victoire de la Musique Classique justement ! Quel meilleur choix possible de soliste possible pouvait clore la « Petite Messe » avec cet air poignant ?

Nicolas Cavallier, baryton-basse, fêtera avec nous aussi, vingt ans plus tard, son Grand Prix de la Critique Française en tant que « Révélation musicale de l’année » reçu en 98 et qui préfigurera une carrière de chanteur d’opéra à l’internationale.

Décidément 1998 est prolifique. A ce « stade » nous nous demandons surtout à qui il n’est rien arrivé en 98.

Pas à François Baud, ténor, qui démarrait sa carrière de chanteur professionnel en 1998 avec… la Petite Messe solennelle de Rossini pour le concert de clôture de l’Opéra de Rennes avant travaux.

Pendant ce temps, Thomas Tacquet, pianiste, entamait sa toute première rentrée musicale en 1998 à l’école de musique de Montargis, qui le mena ensuite au CRR de Paris puis au grand CNSMDP réputé.

Fort heureusement ce long laïus de célébrations 1998 a son entorse, nous étions à deux doigts de la thèse du complot ! C’est en 1999 qu’Aude Giuliano reçoit le Grand Prix International d’accordéon de Klingenthal (Allemagne) dans la catégorie moins de 15 ans.

Et puis il y a les exceptions, Sophie Marin-Degor, soprano-comédienne inclassable mais indispensable qui triomphe déjà en 1998 à l’Opéra Comique dans le rôle de Lisa de la Somnambula.

Dernière pièce du puzzle, c’est bien à lAtrium de Chaville ce 29 juin que nous avons choisi de fêter ensemble 1998, cette même année où la ville décide de créer un jumelage avec l’Italie, pays natal de Rossini.

Alors, hasard ou coïncidence ? Une chose est sûre : cet anniversaire est un vrai festin de Victoires 1998 à partager dans une farandole de sons et de plaisirs qui aurait beaucoup plu à Rossini.

MM.

  • Date : 29 juin 2018 20:30

  • Lieu :  Atrium de Chaville (92)

  • Adresse :  3 parvis Robert Schuman, Chaville, 92370, France

  • Tarifs : 5 à 27 €

Réservation
+ d’infos
2018-10-04T16:45:58+00:00